LO DEVER DEL VAURE

(Le devoir de l'abîme)

 

 

© Edicions dau Chamin de Sent Jaume, 2010

 

 

 

 

 

 

Prèmi Jaufre Rudel 2010.               .Prix Jaufré Rudel 2010

 

 

 

 

 

LIVRE_PNG_-OP-BANDEU_2

Quatrième de couverture

 

Lo Joan-Peire Lacomba es de per son pair franc Lemosin e de per sa maire, seria quasi d'Auvernha. Li es malaisat destriar los dos parlars que, de tot biais, se semblon plan. Ensaia pasmens de se tener ad un per poema. Faras coma se, legidor, passara de l'un a l'autre sens te'n estonar.

La linga li es de naissent, bona mai genta ; lo mai sovent en daus petits textes calhats 'rieba l'imatge viu, lo saubre-dire ; sem convidats a las sasons d'una natura vesitada per lo mite ; la luna li es de segur vierja de pas d'òme, mas las vachas (que lo fagueron viure) l'i paisson maitot los pasturaus dau ciau, a la broa de la Via Lachada o Chamin de Sent Jaume.


Jean-Pierre Lacombe est par son père franc Limousin et par sa mère, serait presque d’Auvergne. Il lui est difficile de séparer les deux parlers qui de toute façon se ressemblent tant. Il essaie néanmoins de se tenir à un par poème. Tu feras comme lui, lecteur, tu passeras de l'un à l'autre sans t'en étonner.

La langue lui est de naissance, bonne et belle ; le plus souvent en de petits textes concis arrive l'image vive, le savoir-dire ; nous sommes conviés aux saisons d'une nature visitée par le mythe ; la lune est bien sûr vierge de pas d'homme, mais les vaches (qui le firent vivre) paissent aussi les pâturages du ciel, en bordure de la Voie Lactée ou Chemin de Saint Jacques.

φ    φ    φ

 

Lai i a aital daus rescontres que fan partida de las causas quauque pauc miraclosas de la vita, d'aqueus moments −que n'i pas gaire− ente n'òm se dich que n'auriam fach 'na brava de pas esser aquí, de pas aver ausat çò qu'avem ausat.

Quante demandèri −timidament, ço-ditz− d-a Jan dau Melhau si podiá ieu li far veire 'na triada de mos poemas en lenga nòstra, me pensavi que, un còp que los auriá legits, m'anava rendre responsa en me dire que lai i aviá quauquas bonas causas, mas que, mai que mai, me chalia trabalhar. E plan.

Entanben, ne'n siguèi mai qu'aüros de son mot que me disiá :

« ...se'n pòt far un libre. »

Vos zo podetz pensar : un vielh raive coma aquò ! 'Quo era pas qu'aguesse abandonat l'ideia de veire pareisser un libre de los meuns poemas,  mas tant coma 'quo es malaisat de i arribar, i pensavi quitament pus...

Que me sembla que permieg tots los qu'an escrich de poesia dins lora vita, sem mai d'un qu'age volgut se veire publicat...

E l'òme que lo fasia espelir, tot d'un còp, lo vielh raive, 'quo era pas lo prumeir vengut...

Pensatz, un libre de poemas del Chamin de Sent Jaume, per los qu'aimon la lenga en Lemosin, 'quo es pas res ! E la qualitat del papier e de l'estampatge per Plein Chant d'a Bassac en Charenta emb tanben los dessenhs de cruberta dau Joan-Marc Simeonin... Tot aquò 'quò n'en fai còp-sec, daus libres de Jan, ben mai de las òbras d'art que daus libres al prumier biais del dire.

E 'quo era pas res, pas mai, de se trobar dins la mesma coleccion que la Marcela !


La resta siguet pus mas un trabalh de chausida, de ben virar las reviradas, de correccions, ensems, plan agradable, ente tanben nos sem pauc per pauc afrairats, me sembla.

Adonc granmerçe d-a tu, Jan, per 'quela naissença cap de pial annonçada !


Avem chaminat.

I a mas de ne'n far un pauc mai...



Il est de ces rencontres qui font partie des choses miraculeuses de l'existence, de ces moments rares où l'on se dit que c'eût été une faute de ne pas être là, de ne pas avoir osé.

Lorsque j'ai demandé à Jan dau Melhau −timidement, dit-il− si je pouvais lui soumettre une sélection de mes poèmes occitans, je pensais qu'une fois lus, il allait me répondre en me disant qu'il y avait quelques bonnes choses, mais que surtout il me fallait travailler. Et beaucoup.

Aussi, quel ne fut pas mon bonheur à la lecture de son mot qui me disait :

« ... il peut s'en faire un livre. »

Vous imaginez : un si vieux rêve ! Non pas que j'aie abandonné le désir de voir un jour publiés quelques-uns de mes poèmes, mais c'est si difficile d'y parvenir que je n'y pensais même plus...

Combien me comprendront, parmi tous ceux qui ont écrit un jour de la poésie, ceux qui ont voulu être édités.

Et celui qui lui donnait le jour, soudain, au vieux rêve, ce n'était pas n'importe qui...

Imaginez, un livre de poèmes aux Edicions dau Chamin de Sent Jaume, pour les amoureux de la langue du Limousin, ce n'est pas rien ! Et la qualité du papier et de l'impression de Plein Chant à Bassac, en Charente, avec les dessins de couverture de Jean-Marc Siméonin... Enfin, tout ce qui contribue à faire des livres édités par Jan dau Melhau bien plus des œuvres d'art que des livres au premier sens du terme.

Et ce n'était pas rien non plus que de se retrouver dans la même collection que Marcelle Delpastre !


Tout le reste fut un agréable travail de choix, de peaufinage des traductions, de corrections, travail partagé dans lequel nous nous sommes rapprochés, me semble-t-il.

Alors, grand merci à toi, Jan, pour cette naissance imprévue !


Nous avons cheminé.

Il ne reste qu'à poursuivre...


φ    φ    φ



L_DV.         .LDDV_06-07_2010_2

 

Sous les yeux attentifs de l'auteur,                                      ... Limoges, à la Librairie Occitane, le 7 mai, discussion avec

Jan dau Melhau raconte la genèse du livre,                           .Bénédicte Bonet, elle aussi poète en langue limousine

lors de la présentation du 16 avril,                                         .Jean-Marc Siméonin, illustrateur attitré du Chamin de Sent Jaume

à Saint-Julien-près-Bort...                                                         .Bernard Lagarde, à droite, peintre limousin

....                                                                      .                        .                                ...sans oublier le photographe,

. . .                                                          .                                .        ...M. Urroz, occitaniste de la Charente Limousine...

. . .                         .                                                                           .mancava mas Melhau e Chapduelh per la fòtò, mas devion platussar, tè...

 

 

φ    φ    φ

 

 

Quelques extraits de Lo dever del vaure :

 

Première partie

Emb lo darrier matin oneste, 1987 - 1993

Au chant inégal

des grenouilles enfouies

sous les draps impalpables de la nuit

on reconnaissait

des glaives au métal ébréché.


Sous la feuille d'une ronce

oubliée

diapason brisé

dans les siècles d'hiver

de la seule Humanité,

nous avons vu grandir la Pierre

pour défaire la question des blés.

Al chant desparier

de las ranas rebondudas

jos los lençòls impalpables de la nuech

se coneissiá

los glavis de l'acier esberlat.


Jos ’na fuelha de romec

obledada

diapason esbolhat

per los segles d'ivern

de la sola Umanitat,

avem vist frotjar la Peira

per abolir la question daus blats.

Seconde partie

Una campana dins lo lum, 2001 - 2004


 

L’automne ramène à l’heure

les exploits de ses clairs-obscurs

et un brin de gelée blanche

sur les sentiers de mon cœur.



Le vent du sud

balayait les pierres—

et un reste de toi.


Autona me tòrna a son ora

los esplechs de sos treslutz

e un pial de brada

sus lo sendarel de mon còr.


 

La solhiera

gençava las peiras—

e quauquas sòbras de tu.



 

 

 

Quauques imatges de la remèsa del Prèmi Jaufre Rudel,
lo 10 del mes de l'Avent de 2010,

dins l'Ostalaria de Region a Bordeus


Quelques images de la remise du Prix Jaufré Rudel,

le 10 décembre 2010

à l’Hôtel de région à Bordeaux



RUD6

 

Los libres presentats... Les livres en compétition...

.                                                                                                                                   .RUD5


.                                                                                                                 . L'editor tacha moian d'apasimar son autor...

.                                                                                                                                                     . L'éditeur essaye d'endiguer le stress...

RUD4


Se parla del libre coma lo David Grosclaude e lo Joan Ganhaire qu'aguet lo Premi, ilh tanben...

Discussion autour du livre en compagnie de David Grosclaude et Jean Gagnaire, un ancien lauréat du Prix...


.                                                                                                 .RUD3


.                                                                                              . David Grosclaude presenta... David Grosclaude présente..

.                                                                        . quitament si representa lo President del Conselh Regionau d'Aquitania...

.                                                                                             . tout en représentant le Président du Conseil Régional d'Aquitaine...


RUD2

 

Aquí, lo medalhat es ben oblejat de dire quauqua res... Ente merceja chadun de los que i an permetut de ne'n arribar aquí, e mai que mai la jurada d'aver coronat 'na òbra de poesia, perque afortis, ilh, que dins aquel monde que nos barra de mai en mai emb clau, la poesia es beleu be lo darrier espaci de vertadiera libertat, tant per lo que l'escris coma per lo que la legis... Poetas, los vòstres papiers !

Là, le lauréat est bien obligé de dire un mot... Remerciant ceux qui lui ont permis d'en arriver là, et surtout le jury d'avoir dinstingué une oeuvre poétqiue, car affirme-t-il, dans ce monde qui nous verrouille de plus en plus étroitement, la poésie est peut-être le dernier espace de vraie liberté, autant pour celui qui l'écrit que pour celui qui la lit... Poètes, vos papiers !

 


.          .              .                     .                           . .RUD1

.                                                     . Jos lo simbòl d'Aquitania, lo darrier mot es per lo monde de l'Ostau occitan...

.       .               .                   .                    .                   . . Sous le logo de l'Aquitaine le dernier mot est pour ceux de l'Ostau occitan...

 

 


 

Grand mercés d'a tots per 'quela brava jornada que me mena a dobtar un pauc mens de ieu...

... e un brave pauc mai d'a l'Annie que faguet las fòtòs e sostenguet lo poeta dins sa questa, mai que mai quora sabiá pas ben çò que cherchava...

 



A la seguida de l'agradiva demanda del Luc de Goustine, lo 25 de junh de 2011, en fin finala de la Trobada 2010, en Blaia, ente se parlet aquela annada del... Jaufre Rudel, Lo dever del vaure siguet presentat per la Katí Bernard, que fai partida de la jurada del prèmi, e que tanben legiguet en françes las reviradas daus braves tròçs que l'autor ne'n donet...


A la suite de la symapthique proposition de Luc de Goustine,le 25 juin 3011, en conclusion de la Trobada 2010, à Blaye (Gironde), consacrée cette année à ... Jaufré Rudel, Lo dever del vaure a fait l'objet d'une présentation par Katy Bernard, membre du jury et qui a également lu les traductions des nombreux extraits dits par l'auteur...


 
Copyright © 2017. Jean-Pierre Lacombe: Poète-photographe.
Les photos de ce site ne sont pas libres de droits.
Designed by Dja-design.fr